PENSEES EN VOL ©


Par Alexander Hakman


LA FOULE
 « La foule est la bête élémentaire, dont l'instinct est partout, et la pensée nulle part. » (André Suarès). La foule a une présence, une voix, mais elle n’a pas d’âme…. Il n’y a ni magie, ni poésie ni même sincérité dans la foule. Il s’agit d’une masse d’individus qui reproduisent des mots, des gestes, des comportements résultant d’un mimétisme instinctif et irréfléchi qui donne un sentiment sécurisant et illusoire d’appartenance. Vaincre la peur irrépressible d’être seul,  voilà la raison première de ceux qui recherchent la foule… Sur Internet, la foule règne sur les réseaux sociaux. Elle impose son verbiage superficiel, ses envolées lyriques et ses analyses pseudo - intellectuelles, ses platitudes polies ou sa violence verbale gratuite, et bien souvent ses scènes interminables d’« asinus asinum fricat » …
« La preuve du pire, c'est la foule. » disait Sénèque. J’adhère totalement à ce point de vue. Je n’aime pas la foule… J’aime les vrais partages …  Alexander Hakman (04-01-14)



LÉGITIME DÉFENSE 
"Bien" et "Mal" en moi se concentrent
L'esprit "Tigre" et le cœur "Enfant"
Lorsqu'on veut profaner mon antre
Je n'attaque pas... Je me défends!

Mon cœur s'abreuve de lumière

Mon esprit se nourrit de l'ombre
C'est pourquoi mes yeux sont si clairs 
C'est pourquoi mon regard est sombre

Alexander Hakman


SPLEEN SANS IDÉAL
Il est des matins gris,  
qui barbouillent nos cœurs 
et pèsent sur nos esprits,  
des matins lourds, compacts 
qui embrouillent nos pensées 
et dérèglent Nos actes, 
des débuts de journée 
qui d’emblée nous agressent, 
des pointes de jour aigu 
où tout mouvement nous blesse. 

Alexander Hakman

DIALOGUE EN MOUVEMENT 
Nous dansons TOUS, que nous le voulions ou pas ... Nous dansons sur la musique de nos sens, de nos émotions, de nos sentiments.... de la nature, du monde qui nous entoure : le bruit du vent dans les arbres, le murmure des cours d'eau, le clapotis de la pluie, le chant d'un oiseau... le grondement sourd d'une ville, le souffle parfois violent du « man's world": le fracas des bombes, le crépitements des balles, les sanglots et les hurlement de nos semblables......
L'amour, la haine, la joie, la peine, la colère, la révolte... impriment leur rythme à notre corps. Même le silence ponctue nos gestes et nos postures en faisant battre notre cœur plus vite ou au contraire en éteignant le feu qui nous anime... Notre corps s'exprime toujours en adéquation avec le tempo que lui impose son environnement : il danse... la danse du bonheur, la danse de l'amour, la danse de la peur, la danse de la mort... 
Alexander hakman 

SILENCE!  
Le bruit que nous faisons tous nous empêche de nous entendre et donc de nous comprendre, de mieux nous entraider. Non seulement il nous rend sourds mais il affaiblit aussi nos autres sens. La portée de notre regard diminue et nous ne voyons plus l’ESSENTIEL. Alors cessons de faire du bruit pour rien.
Alexander Hakman 

GUERRE et DÉSOLATION 
Il est des lieux où le temps se fige, où l’espace est hostile comme les regards des hommes. Des lieux où la voix du fer et du feu couvrent les sanglots et les hurlements des humains, où l’écho lui-même ne répond plus à ceux qui appellent à l’aide …. Il est des lieux où l’intime conviction vacille …. Il est des lieux dont on ne revient plus parce qu’on les portera à jamais en soi.

BEAUTE
Qu’est-ce que la beauté si elle n’est pas illuminée par l’esprit ?
Souvent la beauté de certaines femmes m’attire.
Souvent l’indigence de leur esprit m’atterre. 
Alexander Hakman

La beauté d’une femme n’existe que dans et par le regard de l’autre. 
A quoi cela lui sert-il d’être belle s’il n’y a que son miroir pour le lui dire? 
Alexander Hakman
CONFIDENCES 
J’aimerais t’avouer mes colères intérieures,
Mon coté sombre, mes failles, mes rêves, mon orgueil ;
Mon mépris pour toutes formes de faiblesse et de peur ,
Ma tendance à aller au devant des écueils
Et puis te dévoiler ma fêlure suprême …
Ma crainte d’échouer dans la quête de moi-même.
Alexander Hakman 
LA QUÊTE DE SOI 
Ce n’est pas facile de regarder en soi. C’est un abîme tellement profond, vertigineux! 
On y découvre souvent des choses que l’on aimerait enfouir tout au fond de notre inconscient : des failles, des fêlures que l’on compense par un surcroît d’assurance, de force, tant au physique qu’au mental. 
Pourtant, la véritable force c’est de reconnaître ses faiblesses et de les affronter. Mais c’est dur lorsqu’on n’aime pas la faiblesse, lorsqu’on a été formé pour la mépriser, la rejeter. C’est difficile d’affronter cet impitoyable adversaire: soi-même. 
Alexander Hakman 

LA ROSE DES SABLES (A Nassima)
La Rose des sables est belle et forte. Ses mots sont aussi fins et acérés que ses pétales qui, figés dans la pierre, pourraient symboliser l’harmonie, l’équilibre, la force de la nature. Elle est fille de l’eau, du roc et du vent. Comme ses pétales, ses mots sont des lames qui tranchent les liens avec lesquels d’aucuns tentent de ligoter et de bâillonner la vérité.  Alexander Hakman